Slide
I miss
you

Plus de 11.000 personnes ont été touchées par le cancer du sein en Belgique en 2021. Ce chiffre est malheureusement incorrect.
Le cancer du sein impacte aussi leurs familles, leurs amis, leurs proches, …

Slide

Pour que ni le sein, ni le coeur ne souffre.
Pour que ni la perte, ni le manque ne s’installe.

Slide

Vous faites partie de la solution,
Vous pouvez faire la différence,
Soutenez la recherche sur le cancer du sein.

previous arrow
next arrow
Logo I miss you campaign

L’histoire de Kris : avoir un cancer du sein quand on est un homme

Partager cette page

Saviez-vous qu’un homme sur 800 est touché par le cancer du sein ? Cette maladie rare reste aujourd’hui peu connue; pour Kris et tous les autres, être diagnostiqué signifie ne pas bénéficier de traitements adaptés, et ne pas pouvoir en parler librement car la maladie représente un énorme tabou. L’impact sur Kris et son entourage est considérable.

« Le cancer du sein chez l’homme, une réalité taboue qui perdure dans l’ombre. Beaucoup ignorent encore qu’un homme peut être touché par cette maladie. Les traitements sont loin d’être idéaux, car ils restent encore trop souvent identiques à ceux pour les femmes, malgré les importantes différences hormonales. Il est urgent que la recherche se penche davantage sur le traitement spécifique du cancer du sein chez les hommes, notamment en se concentrant sur les aspects génétiques et héréditaires, tels que les mutations BRCA1 et BRCA2 (plus couramment connu sous le nom du gène « Angelina Jolie »), qui restent encore trop souvent enfouies dans le silence par crainte des conséquences sociales et financières. Protéger nos proches, préserver notre avenir, voilà pourquoi je choisis de témoigner sans divulguer mon nom de famille, car l’ignorance ne doit plus être la cause de la discrimination. Ensemble, brisons les tabous et investissons dans la recherche pour un avenir sans cancer du sein, quel que soit notre genre. » - confie Kris, un homme de 64 ans, père de famille, atteint du cancer du sein et porteur de mutations du gène BRCA1/BRCA2.

Les recherches de BIG ont pour but des traitements plus personnalisés

Depuis presque 25 ans, BIG mène des essais cliniques et des programmes de recherche sur le cancer du sein dans le monde entier. Le but est de trouver des traitements plus personnalisés pour chaque patient et chaque type de cancer du sein. Plusieurs études BIG ont déjà bouleversé la pratique clinique. C’est le cas de l’étude OlympiA,par exemple, qui a montré qu’un nouveau médicament ciblé, l’olaparib, peut être utilisé pour traiter les patient.e.s atteint.e.s d’un cancer du sein au stade précoce et porteurs.euses de mutations génétiques héréditaires BRCA1/BRCA2. Les mutations du gène BRCA1/BRCA2 sont présentes chez environ 5 % des patient.e.s atteint.e.s d’un cancer du sein, et sont particulièrement fréquentes chez les jeunes patient.e.s.

Protéger nos proches, préserver notre avenir, voilà pourquoi je choisis de témoigner sans divulguer mon nom de famille, car l’ignorance ne doit plus être la cause de la discrimination. Ensemble, brisons les tabous et investissons dans la recherche pour un avenir sans cancer du sein, quel que soit notre genre.

L’étude OlympiA a impliqué 1 836 patient.e.s dans plus de 600 hôpitaux et centres de cancérologie répartis dans 23 pays. Elle a démontré que l’olaparib permet non seulement de réduire le risque de récidive du cancer chez ces patient.e.s, mais aussi d’améliorer leur survie globale en diminuant le risque de décès de 32 %. Suite à cette étude internationale, l’olaparib a été approuvé par l’Agence européenne des médicaments (EMA) et la Food and Drug Administration (FDA) américaine, ce qui a changé la façon dont on traite dorénavant des milliers de patient.e.s dans le monde.

La recherche est l’unique moyen de sauver des vies et d’épargner l’impact de la maladie sur de nombreuses familles.

Octobre Rose - La campagne « I miss you »

Missing campaign group

«I miss you» rappelle pour certains la souffrance du coeur suite à la perte d’un proche, l’incompréhension dans le regard de l’entourage, pour d’autres il s’agira de faire le deuil de sa vie d’avant, ou faire le deuil d’un sein, symbole important de la féminité et de la maternité.

« I miss you » est aussi un message d’espoir.À l’image d’une carte postale que l’on envoie à un ami dans l’attente de le revoir. C’est l’espoir de retrouver bientôt cette nouvelle version de soi, de renaître après les multiples traitements.

Vous pouvez faire la différence ; aidez-nous à sauver des vies.

Les dons égaux ou supérieurs à 40 € par an bénéficient
d'une réduction d'impôt de 45%.

Cela signifie que votre don de 40 € ne vous coûte que 22 €.