SOFT & TEXT

Options de traitement pour les jeunes femmes atteintes d’un cancer du sein

Partager cette page

Les essais cliniques internationaux randomisés SOFT/TEXT – qui ensemble ont impliqué 5 738 patients venant de 510 hôpitaux et centres de traitement du cancer liés à 13 groupes BIG dans 27 pays – ont été développés en parallèle pour déterminer le traitement endocrinien adjuvant optimal pour les femmes préménopausées atteintes d’un cancer du sein hormono-dépendant à un stade précoce. SOFT et TEXT sont menés par l’International Breast Cancer Study Group (IBCSG) sous la tutelle de BIG.

Ces essais ont démontré que, associé à la suppression de la fonction ovarienne (OFS), l’exémestane, comparé au tamoxifène, améliorait significativement l’issue de la maladie pour les patients, en réduisant de 34 % le risque de récidive du cancer. Ce traitement s’est avéré particulièrement bénéfique pour les patients présentant un risque élevé de récidive et ayant subi une chimiothérapie adjuvante.

Publiés en 2014 dans le New England Journal of Medicine, les premiers résultats de SOFT et TEXT ont été appuyés par une analyse sur 5 ans présentée à l’occasion du San Antonio Breast Cancer Symposium (SABCS) de 2017. Les résultats les plus récents présentés lors du SABCS de 2021, avec des patients suivis sur une moyenne de 12,5 ans depuis le début du traitement, montrent une réduction persistante à long terme du risque de récidive à distance lorsque l’OFS est associée au tamoxifène ou à l’exémestane – l’association avec l’exémestane montrant la réduction la plus importante. Les résultats actualisés montrent également une diminution du nombre de décès pour les deux combinaisons, bien que cette diminution soit là aussi plus importante avec l’exémestane.

SOFT et TEXT ont ainsi apporté des résultats qui bouleversent la pratique clinique et qui persistent dans le temps. Ces deux études fournissent des options de traitement postopératoire importantes pour les jeunes femmes atteintes d’un cancer du sein hormono-dépendant à un stade précoce et présentant un risque plus élevé de récidive après la chirurgie.