OlympiA

Un nouveau traitement possible pour les patients atteints d’un cancer du sein héréditaire

Achievement - OlympiA

On estime à 2,3 millions le nombre de personnes ayant reçu un diagnostic de cancer du sein dans le monde en 2020, tandis que les mutations BRCA1 et BRCA2 se retrouvent chez environ 5% des patients atteints d'un cancer du sein.

BRCA1 et BRCA2 sont des gènes qui produisent des protéines responsables de la réparation de l'ADN endommagé et jouent un rôle important dans le maintien de la stabilité génétique des cellules. Lorsque l'un ou l'autre de ces gènes est muté ou modifié, de sorte que son produit protéique n'est pas fabriqué ou ne fonctionne pas correctement, les dommages causés à l'ADN peuvent ne pas être réparés correctement et certaines cellules accumulent des modifications génétiques, notamment une perte de la copie normale de BRCA1 ou BRCA2, et deviennent alors instables. En conséquence, les cellules sont plus susceptibles de développer des altérations génétiques supplémentaires pouvant conduire au cancer. 

Partager cette page

Female chest, symbol illustrating women diagnosed with breast cancer
patients
0
Microscope, symbol illustrating research
groupes membres
0
Globe, symbol illustrating international collaboration
pays
0
Stethoscop, symbol illustrating breast cancer experts
hôpitaux
± 0

Pour le cancer du sein précoce impliquant des mutations BRCA1 et BRCA2, le traitement par le médicament olaparib s'est avéré efficace, grâce à un essai clinique mené sous l'égide du groupe Breast International Group (BIG).

Les recherches du essai OlympiA, impliquant un total de 1 836 patients provenant de plus de 600 hôpitaux et centres de cancérologie dans 23 pays à travers le monde (dont 21 groupes BIG), a été mis en place pour tester l'efficacité et la sécurité des comprimés d'olaparib (Lynparza®) par rapport à un placebo en tant que traitement post-chirurgical pour prévenir la récidive du cancer chez les patients atteints d'un cancer du sein précoce à haut risque HER2 négatif avec des mutations BRCA1 et BRCA2, ayant subi une chirurgie et une chimiothérapie adjuvante (traitement administré après le traitement principal) avec ou sans traitement néoadjuvant (traitement administré avant le traitement principal).

Je suis ravi de constater que cette collaboration mondiale de partenaires académiques et commerciaux, mais aussi d'un nombre aussi élevé de médecins, d'hôpitaux et de pays différents, a produit des preuves solides en faveur d'un nouveau traitement réduisant le risque de mortalité pour cette forme héréditaire de cancer du sein... mais je tiens d'abord et avant tout à remercier les 1 836 patients qui ont accepté de participer à cette étude capitale", déclare David Cameron, président de BIG, également co-investigateur principal d'OlympiA et professeur d'oncologie à l'Université d'Édimbourg (Royaume-Uni).
David Cameron - BIG Chair and OlympiA co-principal investigator

En 2021, les premiers résultats encourageants ont été présentés à l'ASCO et simultanément publiés dans le New England Journal of Medicine. Des analyses supplémentaires ont été effectuées et, en 2022, les résultats actualisés ont confirmé les avantages déjà rapportés l'année précédente. Un an de traitement postopératoire par olaparib, comparé à un placebo, a entraîné une amélioration statistiquement significative et cliniquement importante de la survie globale des patients, réduisant le risque de décès de 32 %.

À la suite de ces résultats encourageants, l'olaparib a été approuvé à la fois par l'Agence européenne des médicaments (EMA) et par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, ce qui a modifié la manière dont les personnes atteintes de cancer du sein précoce à haut risque d'origine héréditaire sont traitées dans le monde entier.

OlympiA est un essai collaboratif mondial de phase III coordonné par le Breast International Group (BIG), en partenariat avec NRG Oncology, le National Cancer Institute des États-Unis (NCI), la Frontier Science & Technology Research Foundation (FSTRF), AstraZeneca et MSD. L'essai est parrainé par NRG Oncology aux États-Unis et par AstraZeneca en dehors des États-Unis.

Aidez-nous à sauver des vies et à faire avancer la recherche sur le cancer du sein