MINDACT

De nombreux patients atteints d'un cancer du sein précoce, sans atteinte ganglionnaire ou avec une atteinte de 1 à 3 ganglions, peuvent éviter la chimiothérapie,
en particulier les femmes ménopausées.

Breast cancer patient with pink scarf

Les recherches du MINDACT Sponsorisé et dirigé par l’Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer, l’essai MINDACT – auquel ont participé 112 hôpitaux venant de 7 groupes collaboratifs de BIG dans 9 pays – représente un effort académique important en faveur de la réduction des traitements. L’étude visait à évaluer l’intérêt d’utiliser un test (MammaPrint), qui analyse 70 gènes, en plus des critères clinico-pathologiques standard, pour identifier les patients atteints d’un cancer du sein au stade précoce qui pourraient être dispensés de chimiothérapie adjuvante sans impact significatif sur leur risque de récidive.

Partager cette page

Female chest, symbol illustrating women diagnosed with breast cancer
patients
0
Microscope, symbol illustrating research
groupes membres
0
Globe, symbol illustrating international collaboration
pays
0
Stethoscop, symbol illustrating breast cancer experts
hôpitaux
0

Entre 2007 et 2011, l’essai a recruté 6 693 femmes atteintes d’un cancer du sein sans ganglion ou avec 1 à 3 ganglions positifs. Les premiers résultats de MINDACT ont été publiés en 2016 New England Journal of Medicine, démontrant à l'époque que près de 46 % des patients qui auraient précédemment reçu une chimiothérapie pouvaient être épargnés de ce traitement et de ses effets secondaires à l'avenir.

Les résultats actualisés de MINDACT, présentés lors de la réunion annuelle de l'ASCO en 2020 et publiés en mars 2021 dans Lancet Oncologyet affirment que de nombreuses femmes peuvent éviter la chimiothérapie. En d'autres termes, les preuves restent solides quant à l'apport très utile de MammaPrint® en complément des tests habituels pour prendre des décisions sur la possibilité d'éviter la chimiothérapie et ses effets secondaires chez de nombreuses femmes atteintes d'un cancer du sein.

Ce test s'est avéré particulièrement utile dans la prise de décision pour les femmes ménopausées, chez qui la chimiothérapie ne présentait aucun bénéfice lorsque MammaPrint® indiquait un faible risque de récidive du cancer du sein, même si les tests habituels indiquaient un risque élevé. Chez les femmes plus jeunes, la chimiothérapie peut encore être bénéfique, mais cela nécessite une discussion approfondie entre le médecin et la patiente.

Distinguer avec précision les patients nécessitant un traitement postopératoire de ceux qui n'en ont pas besoin constitue l'un des principaux défis dans le traitement actuel du cancer du sein. Associé à l'identification du meilleur type de thérapie pour chaque patient et au développement de médicaments ciblant les caractéristiques spécifiques des cellules tumorales, cela fait partie de l'objectif d'adapter le traitement et de pratiquer une médecine personnalisée.

La mission de BIG est de garantir que les patients reçoivent les traitements les plus appropriés pour eux. MINDACT peut être considéré comme l'un des tout premiers essais cliniques visant à étudier comment adapter de manière plus efficace et sûre la thérapie médicamenteuse aux besoins individuels des patients atteints d'un cancer du sein.

MINDACT a nécessité d'énormes efforts de collaboration et démontre comment notre collaboration a un impact direct sur la vie des patients. Aujourd'hui, il constitue un exemple réussi de la façon dont, en travaillant ensemble au-delà des frontières et des disciplines, nous pouvons développer de meilleurs traitements, éliminer ceux qui ne sont pas nécessaires et augmenter les chances de trouver des remèdes.

Aidez-nous à sauver des vies et à faire avancer la recherche sur le cancer du sein