Inhibiteurs d’aromatase

The effectiveness of aromatase inhibitors.

Couple embracing and smiling

Trois études, BIG 1-97/MA.17, BIG 2-97/IES et BIG 1-98, qui ensemble ont recruté 17 958 patients, ont alimenté le corpus de données prouvant que les inhibiteurs d’aromatase pouvaient représenter une alternative sûre au tamoxifène, un médicament utilisé pour traiter le cancer du sein à récepteurs d’œstrogènes (ER) positifs qui provoque des effets secondaires contraignants chez certaines femmes.

Partager cette page

Ces essais ont non seulement démontré l’efficacité des nouveaux médicaments, mais ils ont également répondu à d’importantes questions supplémentaires concernant leur mode d’administration (en association ou en séquence avec d’autres médicaments), le risque d’effets secondaires en cas d’utilisation à long terme et la qualité de vie générale des patients.

Ces essais ouvrent aux femmes atteintes d’un cancer du sein ER positif au stade précoce plus d’options de traitements que le tamoxifène seul, et ont ainsi contribué à améliorer la qualité de vie d’innombrables femmes dans le monde. C’est une étape importante vers des traitements personnalisés pour les femmes atteintes d’un cancer ER positif.

Female chest, symbol illustrating women diagnosed with breast cancer
patients
0

Ces essais ont tous été menés sous la tutelle de BIG, BIG 1-97/MA.17 étant coordonné par le National Cancer Institute of Canada Clinical Trials Group, BIG 2-97 IES par l’International Collaborative Cancer Group, et BIG 1-98 par l’International Breast Cancer Study Group.

Aidez-nous à sauver des vies et à faire avancer la recherche sur le cancer du sein