Réalisations

Les recherches menées par BIG aujourd’hui mèneront aux traitements de demain.

La recherche est le seul moyen de comprendre le cancer du sein, son mode d’évolution, les raisons de sa progression, mais aussi les manières de finalement lui barrer la route.

La recherche sauve des vies

Women hugging in sunlight

Nous en savons plus que jamais sur le cancer du sein. BIG rassemble les plus grands spécialistes du cancer du sein du monde afin de combiner leurs ressources et expertises multidisciplinaires. Depuis plus de 20 ans, nous menons des études cliniques et des recherches innovantes qui ont contribué à la mise au point de traitements plus efficaces et plus personnalisés, améliorant ainsi la survie et la qualité de vie des malades.

Une grande partie de la recherche de BIG est considérée comme historique et à l’origine de concepts particulièrement innovants, contribuant à des découvertes significatives ou ouvrant la voie à un traitement plus personnalisé de la maladie. Les études mises en lumière ici ont déjà eu un impact ou nous prévoyons qu’elles en aient un à l’avenir :

Les patient·e·s sont au cœur de nos recherches

Les études mises en lumière ici ont déjà eu un impact ou nous prévoyons qu’elles en aient un à l’avenir :

Les études mises en lumière ici ont déjà eu un impact

Un an de traitement postopératoire par olaparib, comparé à un placebo, a entraîné une amélioration statistiquement significative et cliniquement importante de la survie globale des patients, réduisant le risque de décès de 32 %.

Les essais cliniques internationaux randomisés SOFT & TEXT proposent une nouvelle option de traitement postopératoire pour les jeunes femmes atteintes d’un cancer du sein hormono-dépendant à un stade précoce.

Beaucoup de patient·e·s atteint·e·s d'un cancer du sein précoce, sans atteinte ganglionnaire ou avec une atteinte de 1 à 3 ganglions, peuvent être épargné·e·s de la chimiothérapie, et cela semble particulièrement vrai pour les femmes post-ménopausées.

L’essai APHINITY a révélé que, combiné au trastuzumab et à la chimiothérapie, le pertuzumab en traitement adjuvant améliorait significativement les taux de survie sans maladie invasive chez les patients atteints d’un cancer du sein opérable HER2 positif.

Les essais ALTTO et NeoALTTO constituent une ressource précieuse pour la recherche translationnelle ainsi que pour la collaboration académique à grande échelle.

HERA a contribué à la mise au point d’un traitement basé sur le trastuzumab pour le cancer du sein particulièrement agressif de type HER2+ (qui représente 15 à 20 % des cas). Ce traitement révolutionnaire a transformé un cancer autrefois considéré comme très agressif en un cancer plus facilement traitable, établissant ainsi un nouveau traitement standard pour le cancer du sein HER2+. Il est depuis à la base de nombreuses nouvelles études pour sauver encore plus de vies.

Les essais BIG 1-97, BIG 2-97 et BIG 1-98 ont alimenté le corpus de données prouvant que les inhibiteurs d’aromatase pouvaient être utilisés comme une alternative sûre au tamoxifène.

Essais académiques qui ont besoin de votre soutien :

Les résultats de cette étude pourraient influencer la façon dont sont traitées 2 femmes sur 5 atteintes d’un cancer du sein, en identifiant celles auxquelles on pourrait éviter une radiothérapie inutile après la chirurgie.

POSITIVE représente une opportunité unique de permettre aux jeunes femmes ayant eu un cancer du sein hormono-dépendant d’interrompre temporairement leur traitement pour essayer de concevoir un enfant.

Le programme de recherche AURORA vise à mieux comprendre les caractéristiques moléculaires et l’évolution du cancer du sein récurrent ou métastatique, dans l’espoir de traiter plus efficacement la maladie, voire de la bloquer à l’avenir.