preloader

- 1 septembre 2022 - 

Un regard dans les coulisses d’AURORA, le GPS du cancer du sein métastatique

La réalisation de recherches internationales contre le cancer du sein coûte beaucoup d’argent. Ces besoins financiers élevés sont liés au nombre de pays, de groupes de recherche et d’hôpitaux impliqués, au nombre de patients à évaluer afin de sélectionner ceux qui peuvent participer l’étude, aux technologies de pointe utilisées, aux types de biospécimens recueillis, stockés et analysés, et, enfin, à la grande variété des activités menées pour faire en sorte que l’étude réponde à toutes les exigences éthiques, juridiques et de qualité.

 

Le programme AURORA, le GPS du cancer du sein métastatique de BIG, qui vise à améliorer notre compréhension de cette maladie, à identifier les défaillances génétiques et à cartographier les voies empruntées par les cellules cancéreuses pour envahir d’autres organes, sera mené sur une période de 18 ans (2013-2031). Cela inclut la première phase du programme avec 1 150 patients et une deuxième phase avec 262 patients présentant des formes de cancer du sein métastatique particulièrement difficiles à traiter.

Il est très difficile de calculer le budget d’une étude menée sur de nombreuses années. Le coût des technologies et services évolue, et l’inflation et d’autres facteurs peuvent être imprévisibles. On estime à présent que le coût total du programme AURORA s'élèvera à environ 40 millions d’euros. Nous avons déjà réuni 32 millions d’euros grâce au soutien généreux de subventions, de partenariats et de dons individuels, mais il reste 3,5 millions d’euros à lever, soit environ 350 000 euros par an pendant les 10 prochaines années.