Entretien avec Dr. Evangelia Razis

Dr Evangelia Razis breast cancer

Partager cette publication

Nous avons eu le plaisir d'interviewer le Dr. Evangelia Razis, professionnelle médicale en oncologie et membre du Conseil d’Administration du Breast International Group. Le Dr. Razis a partagé ses perspectives sur l'avenir de la recherche sur le cancer du sein ainsi que sur le rôle crucial de BIG dans cette recherche.

—-

Pourriez-vous nous expliquer ce qui vous a motivé à rejoindre le Conseil d’Administration de BIG?

J'ai toujours été admirative du potentiel mondial de BIG en matière de recherche académique purement scientifique sur le cancer du sein, ainsi que de la valorisation de la recherche scientifique centrée sur les besoins des patient.e.s et de la société dans son ensemble au sein de l'organisation.

Quels sont vos objectifs personnels et aspirations en tant que membre du Conseil Exécutif de BIG ?

En rejoignant le conseil, j'aspire à contribuer à la stratégie de BIGen tenant compte à la fois de la perspective de mon pays d'Europe méridionale et de mon expérience dans le bénévolat à l'échelle mondiale. De plus, en raison de mon intérêt pour la neuro-oncologie, je souhaite encourager la recherche sur les métastases du système nerveux central issues du cancer du sein.

Pouvez-vous citer trois éléments que vous considérez essentiels pour assurer le succès continu de BIG au cours de la prochaine décennie ?

  1. La vigilance dans la détection des évolutions dans le domaine de la recherche sur le cancer et la capacité à s'adapter à de nouvelles approches, telles que l'intelligence artificielle et l'utilisation de données réelles.
  2. La collecte de fonds provenant de sources indépendantes permettant de soutenir la recherche académique indépendante.
  3. L'identification de domaines spécialisés .où la collaboration mondiale est cruciale pour mener des recherches pertinentes

Quelles valeurs pensez-vous être essentielles pour assurer un avenir positif et réussi pour BIG ?

  • L'accent mis sur des approches durables en matière de traitement et de prévention du cancer.
  • L'intérêt pour la recherche translationnelle permettant de mieux comprendre la carcinogenèse et la progression du cancer au niveau moléculaire.
  • Le maintien d'une approche indépendante vis-à-vis de l'industrie.

Quels sont, selon vous, les plus grands défis actuellement rencontrés par toutes les parties prenantes dans le domaine de la recherche sur le cancer du sein ? Comment pensez-vous que BIG puisse jouer un rôle significatif dans ce contexte ?

La biologie du cancer du sein est extrêmement complexe. La capacité de BIG à recruter un grand nombre de patient.e.s permet d'explorer les subtilités des différents sous-types.
Le coût élevé de la recherche elle-même et des nouveaux agents thérapeutiques systémiques constitue un défi pour la société. Toute étude menant à une réduction des traitements est donc très importante. BIG est en mesure de mener des recherches indépendantes et d'examiner des options de réduction, ce qui revêt une importance sociétale considérable.

Pensez-vous que la recherche sur le cancer du sein produira des résultats impactants sur la pratique clinique au cours de la prochaine décennie ? Si oui, lesquels ?

  • Une utilisation croissante de régimes thérapeutiques ne contenant pas de chimiothérapie, notamment dans les cas de maladies HER2-positives.
  • Une réduction des traitements locaux et systémiques dans les stades précoces de la maladie.
  • Le traitement des sous-types de cancer du sein triple négatif grâce à des thérapies ciblées.

Plus à explorer