Seul, on va plus vite ; ensemble, on va plus loin !

Les patients sont au cœur de notre recherche

Les recherches de Breast International Group sont soutenues financièrement en partie par BIG against breast cancer, l’unité philanthropique de BIG. Les fonds levés par BIG against breast cancer servent à financer des études et recherches purement académiques sur le cancer du sein menées sous la tutelle de BIG. De nombreux domaines de recherche sont très prometteurs pour les patients , mais ne présentent aucun intérêt pour les partenaires commerciaux. Il est possible de guérir un grand nombre de malades ou d’« alléger » leur exposition aux traitements habituels contre le cancer, par exemple en réduisant la durée des traitements médicamenteux ou des radiations, voire en les supprimant totalement.

Ces études présentent un potentiel énorme pour les patients et laissent présager des bénéfices à long terme pour la société, dans toutes les régions du monde.

EXPERT - BIG radio tuning

Vise à adapter le recours à la radiothérapie en fonction du risque de récidive du cancer du sein de chaque patient, dans l’espoir ultime d’identifier ceux à qui on peut épargner ce traitement en toute sécurité. Les résultats de cette étude pourraient influencer à l’avenir le traitement de 2 femmes sur 5 atteintes d’un cancer du sein.

POSITIVE - BIG time for baby

Vise à évaluer si les femmes peuvent, en toute sécurité, interrompre leur traitement endocrinien pour tenter de concevoir après un cancer du sein. Les jeunes femmes malades qui souhaitent avoir un enfant sont en effet confrontées à un cruel dilemme. Interrompre leur traitement pour essayer de concevoir risque-t-il d’augmenter le risque de récidive de leur cancer ? C’est le type de questions auxquelles l’étude souhaite répondre.

AURORA - Metastatic breast cancer GPS

Vise à améliorer notre compréhension du cancer du sein métastatique, à identifier les aberrations génétiques et à cartographier les voies empruntées par les cellules cancéreuses pour envahir d’autres organes. La première phase s’est récemment achevée et une deuxième est en cours de lancement pour se concentrer sur des sous-types spécifiques et particulièrement agressifs de la maladie.