L’histoire de BIG

Le rêve de deux oncologues

Une histoire inspirante de collaboration et de croissance

Il y a plus de 20 ans, ce n’était qu’une simple idée évoquée par deux oncologues qui rêvaient d’améliorer les chances de trouver un remède contre le cancer du sein. Aujourd’hui, BIG incarne le plus grand réseau de recherche mondial consacré uniquement au cancer du sein.

Années 1990

Une vision différente pour l’avenir

Au début des années 1990, la recherche sur le cancer du sein était extrêmement morcelée en Europe : des équipes académiques menaient de nombreuses études similaires, mais sans interaction ni collaboration. Ensemble, les docteurs Martine Piccart et Aron Goldhirsch partageaient une vision différente de l’avenir : des équipes débattant des résultats de leurs dernières recherches, échangeant des idées pour de nouvelles études cliniques et travaillant de concert pour mener celles-ci ensemble.

1996

La collaboration mondiale est indispensable pour réaliser des progrès significatifs dans la recherche sur le cancer du sein.

Elle réduit la duplication inutile des efforts et des coûts, améliore notre compréhension du cancer du sein, accélère le développement de traitements plus efficaces et augmente la probabilité de trouver des remèdes. C’est sur la base de cette vision qu’est née en 1996 l’idée du Breast International Group (BIG) et que des efforts ont été entrepris pour rassembler les différents groupes de recherche européens. Alors que BIG était encore très petit, c’est le docteur Goldhirsch qui a choisi son nom. D’après le docteur Piccart, ce n’était pas une coïncidence, mais un choix mûrement réfléchi :

“Aron croyait fermement en la collaboration, la coopération, la fidélité et l’amitié, et il était convaincu que BIG allait grandir et connaître le succès.”
- Martine Piccart

1999

Contribuer à des changements majeurs dans la prise en charge du cancer du sein 

L’organisation à but non lucratif est devenue une entité juridique en 1999 et a installé son siège à Bruxelles (Belgique). Une vingtaine d’années plus tard, plus de 60 études ont été menées sous la tutelle de BIG, notamment plusieurs essais novateurs qui ont eu un réel impact sur la vie des patients et les traitements contre le cancer du sein. À ce jour, environ 97 000 patients ont participé à des études de BIG dans le monde entier, contribuant ainsi à mettre au point de meilleurs traitements contre le cancer du sein.

La recherche sauve des vies.
Ensemble, nous pouvons guérir le cancer du sein.

Années 2000

“Un réseau croissant d’experts de classe mondiale”

Bien qu’à l’origine conçu pour répondre à un besoin criant en Europe, BIG a rapidement séduit des groupes de recherche académiques coopératifs sur le cancer du sein présents dans d’autres régions du monde : Breast Cancer Trials - Australia/New Zealand (anciennement ANZ BCTG) et le Groupe canadien des essais sur le cancer (CCTG) se sont impliqués dans BIG dès les premiers jours ; GECO Peru a été le premier groupe d’Amérique latine à rejoindre l’association en 2002 ; le Japanese Breast Cancer Research Group (JBCRG) est devenu membre en 2004 ; et en 2017 le réseau a accueilli de nouveaux groupes de recherche venus de Chine, Thaïlande et Géorgie. Ces dernières années, BIG a également attiré l’attention de groupes basés en Inde, au Pakistan, au Moyen-Orient et dans d’autres régions d’Asie.

Deux décennies après sa fondation, BIG réunit ainsi environ 60 groupes de recherche du monde entier partageant les mêmes idées et l’organisation est présente dans plus de 70 pays répartis sur 6 continents.

Aron Goldhirsch MD, PhD (H.C.), Co-Fondateur (1946 - 2020)

Le docteur Goldhirsch, le « père » de BIG, est décédé le 26 février 2020 à l’âge de 73 ans. Le plus grand héritage qu’il laisse est sa vision : fournir à chaque patient les meilleurs soins possibles grâce à la collaboration, à la recherche académique indépendante et à la formation. Le docteur Goldhirsch a été directeur du Breast Health Program à l’Institut européen d’oncologie (IEO) à Milan (Italie) et consultant en sénologie à l’hôpital régional de Lugano (Suisse). Il a été coprésident du Comité scientifique de l’International Breast Cancer Study Group (IBCSG), dont il était l’un des fondateurs, et professeur d’oncologie médicale à l’Université de Berne, en Suisse.

Les domaines de recherche du docteur Goldhirsch couvraient les nouveaux traitements pour le cancer du sein, la définition des caractéristiques biologiques qui prédisent la réactivité ou la résistance aux traitements anti-cancer, et les approches axées sur la qualité de vie.

Tout au long de sa carrière, il a contribué de manière significative à la médecine et à la formation en matière de cancer du sein, et il a travaillé sans relâche pour favoriser la coopération internationale et préserver l’indépendance académique dans la recherche sur le cancer.

Martine Piccart, MD, PhD, Co-Fondatrice Présidente de BIG against breast cancer

Martine J. Piccart est actuellement conseillère principale de BIG et présidente de BIG against breast cancer, l’unité de BIG entièrement dédiée à la collecte de fonds pour soutenir la recherche de BIG.

À côté de ses fonctions au sein de BIG, elle est professeur d’oncologie à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et directrice scientifique de l’Institut Jules Bordet (Bruxelles, Belgique).

Par le passé, elle a présidé l’European CanCer Organisation (ECCO), l’Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (EORTC) et la Société européenne d’oncologie médicale (ESMO). Elle a également siégé au conseil d’administration de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO).

Fervente adepte et leader des collaborations internationales en matière de recherche, le docteur Piccart fait preuve d’un engagement et d’une motivation sans faille pour faire avancer la recherche sur le cancer du sein. Son objectif ultime est de proposer des traitements plus personnalisés et, espérons-le, un remède à chaque patient.